Ignorer et passer au contenu
Fermer (esc)

Rejoignez la Communauté des Mint Tea Lovers !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour rester informé des dernières nouveautés et conseils de préparation de votre Thé à la Menthe...

Contactez la Maison NANA1807
Maison NANA1807 - Zellige & Thé à la Menthe

Zellige & Thé à la Menthe

Rituel & Secrets du Thé à la Menthe

Le Thé à la Menthe & l’Art du Zellige

L’art du Zellige (arabe : زليج, signifiant « petite pierre polie ») est né au Maroc au Xe siècle. 
Le Zellige est une mosaïque dont les tesselles sont des morceaux de terre cuite émaillée. 
Et depuis, les carreaux de Zellige décorent les plus beaux monuments du Maroc, du Maghreb et dans le monde entier. Ils habillent de motifs géométriques très ornementés les murs et les fontaines des palais et des mosquées.

C’est un carreau de terre cuite naturelle ou émaillée et colorée. Traditionnellement, il est fabriqué avec l’argile de la région de Fès (Maroc). Cet art séculaire trouve son origine dans les mosaïques antiques.
Selon la tradition artisanale marocaine, chaque tesselle est encore découpée à la main puis assemblée sur un lit de mortier pour former un assemblage géométrique.

Cette expression décorative est née de l’envie des Artistes de créer des décorations spatiales évitant les représentations vivantes, en accord avec les préceptes de l’Islam. 

Blanc et brun, à l’origine, le Zellige se pare de bleu, vert et jaune (à partir du 14ème siècle) puis de rouge (à partir du 17ème siècle). De nos jours, la palette de couleur s’est considérablement enrichie afin de répondre aux demandes des amateurs de céramiques authentiques. 

Une excellente invitation à méditer en couleur autour d’un Thé à la Menthe

Un savoir-faire inestimable

Cette fabrication qui reste artisanale donne une décoration originale et d’une grande qualité. Tout le processus se fait sous la direction du « Mâalem » (en arabe : معلم) - littéralement « celui qui a un savoir-faire », est un Maitre-Artisan ou un Maitre d’Art.

Assisté du kussar (arabe كسار ) - l’artisan chargé de tailler les carreaux en tesselles - le Mâalem élabore les motifs géométriques (carrés, étoiles, croix, losanges, etc.) des tesselles. Il les dessine, les assemble de mémoire, et les encolle directement sur les surfaces à décorer. Lui comme ses artisans assistants travaillent souvent avec un Thé à la Menthe chaud à la main... 

La première étape de la fabrication est le moulage de l'argile (Mazhari en arabe مزهري). S'ensuit le calibrage et le séchage du carreau formé, puis sa première cuisson. 

Les carreaux, d'une dizaine de centimètre de côté, sont ensuite émaillés et cuits. Les carreaux de différentes couleurs sont ensuite découpés selon des formes géométriques définies qui permettent leur imbrication. 

Cette découpe artisanale réalisée par le Kussar avec son marteau tranchant nommé Menqach (arabe منقاش). qui laisse apparaître un fin liseré de terre cuite mise à nu sur le pourtour des tesselles. 

Les Mécènes de l’Art du Zellige

Les mécènes de l’art ont utilisé le Zellige pour décorer les principaux monuments et leurs maisons comme une déclaration d’excellence architecturale et de sophistication. 

L’art mauresque du Zellige a prospéré au cours de la dynastie des Nasrides et surtout la dynastie Mérinide qui lui a donné plus d’importance autour du 14ème siècle. 

Les Mérinides forment une dynastie d'origine berbère Zénète, originaires des hauts-plateaux situés autour de Figuig. Le sultanat Mérinide (13ème au 15ème siècle) contrôlait le Maroc actuel et, par intermittence, d'autres parties du Maghreb - Algérie et Tunisie en particulier - ainsi que le sud de l'Espagne.

Sous l’empire Mérinide, l’architecture tout comme la production intellectuelle fut abondante couvrant la médecine, la biographie, l’hagiographie, la philosophie et la poésie, ou encore les récits de voyage, avec des auteurs comme Ibn Baṭṭūṭa (en arabe : ابن بطّوطة) L’historiographie connut son envol grâce aux écrits d’Ibn Khaldun (en arabe : ابن خلدون).

L’architecture, les stucs, les décorations en bois et l’art du Zellige, sont considérés à l’apogée artistique de cette période.

À l’image de la La Médersa Mérinide de Salé (en arabe: المدرسة المرينية) - ville natale de Mouima - qui est une magnifique vitrine de l'architecture mérinide et des arts décoratifs, construite en 1333 par le sultan Abu Al Hassan. Cette medersa prend la forme d'une cour étroite entourée d'une galerie, et chaque surface disponible est incrustée de Zellige complexe, ses murs de stuc et de bois de cèdre sculptés, ses frises en plâtre et en bois sculpté, son toit composé de tuiles vernissées, et ses colonnes sont surmontées de chapiteaux en pierre à décor de feuillages et d’escargots.

Au lendemain de son inauguration, Lissane Eddine ibn al-Khatib (en arabe لسان الدين بن الخطيب) - le célèbre écrivain, historien et philosophe arabo-andalou visita la Médersa. Il fût surpris d’y trouver autant de poètes. Dans son livre « La voie exemplaire », il explique que les gens de Salé apporte une grande contribution à l'ensemble des sciences, comme la médecine, la philosophie, la réthorique et les sciences religieuses.

« Salé est une ville impressionnante par sa beauté et sa splendeur, une ville mariant avec harmonie les traits de l'urbanité et de la vie de campagne » Ibn Al-Khatib

En cette période de confinement, il est intéressant de mentionner ses travaux écrits dans plus de soixante livres. Il énonce pour la première fois la notion de contagiosité, au cours d'une épidémie de peste en Espagne en 1348. Il y décrit avec rigueur le développement et la propagation d'une épidémie.

Lors de votre prochain voyage au Maroc, nous vous invitons à visiter la ville de Salé pour découvrir la richesse de son histoire, la beauté de son architecture et l’hospitalité des Slaouis. A l’issue de cette escapade, vous êtes conviés dans la maison de famille de Mouima pour déguster le meilleur Thé à la Menthe du monde.

Ensuite, nous vous suggérons de visiter la capitale culturelle du Maroc - Rabat - puis les villes de Fès et Meknès - les centres de référence historique de cet art séculaire du Zellige.

Aujourd'hui, le Zellige orne les murs des grands hôtels et des maisons élégantes, décore les salons de Thé et les hammams, ajoute de la sophistication aux palais et illumine les fontaines, et même les piscines.

Si vous avez la chance d'aller à Grenade, ne manquez pas de visiter le palais de l'Alhambra pour voir le magnifique Zellige dans toute sa splendeur.

A Paris, visitez la Grande Mosquée et son salon de Thé à la Menthe, vos yeux contempleront cet art décoratif mystique pendant que votre coeur s’emplira de lumière spirituelle.

Maison NANA1807 - Zellige & Thé à la Menthe

Goûtez la Différence & Partagez l'Expérience !

Article précédent
Article suivant

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Back to top

Ajouté au panier à l'instant